MOISSAC-BELLEVUE : village authentique
Mairie de Moissac-Bellevue

Le château (privé)

Situé au bas du village, le château date du XVII e siècle. Il a appartenu à différentes familles : le baron d’Hesmivy, Monsieur Antoine Emerigon, riche négociant de Marseille qui fut nommé contrôleur à la chancellerie près de la cour de Provence de Louis XVI;  Monsieur Edouard Laurent de Coriolis prit possession du château après la mort de A. Emerigon, en 1785, ainsi que des terres et dépendances.
Laissé à l’abandon pendant plusieurs décennies, les héritiers des propriétaires le revendirent à l’actuel propriétaire en 1992. Le château a bénéficié d'une restauration remarquable qui sauvegarde son authenticité.

La fontaine

Au milieu du XIXe, Moissac-Bellevue comptait au total 260 habitants, 200 au cœur même du village. Mais l'eau manquait et les habitants devaient s'approvisionner à la "font vièio", située au bas du village, à 600 mètres, puis à la "font novo"située plus haut mais à sec en été.
En 1860, la municipalité décide l’achat d’une source près de Vérignon sur le territoire de la commune d’Aups à 11 km du village, ainsi que la construction d’une fontaine dans le village. Les travaux de canalisation et la construction de la fontaine furent terminés en 1875. Le montant des travaux ruina les finances communales et il fallut vendre l’immense forêt du Pelenc à l’Etat pour couvrir les dettes.

La tour de l’horloge

Prévue initialement à côté de l’église, pour servir à la fois de clocher et d’horloge, cette tour fut finalement construite au milieu du village en 1816. Le campanile, quant à lui,  fut exécuté par un ferronnier de Draguignan M. Ollevary. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, il était de tradition d’accueillir les "vagabonds et pauvres hères" dans les villages. Ceux-ci logèrent dans cette tour et reçurent un secours alimentaire. Suite aux plaintes des habitants, cet hébergement fut supprimé en 1904.

L’ancienne mairie

Jusqu'en 1865, la mairie était installée au-dessus du four du boulanger et de la forge du maréchal ferrant (actuel bâtiment du Point Infos). Un local de la mairie servait également d’école.
Les élèves étant de plus en plus nombreux, une quarantaine d’élèves, moitié garçons, moitié filles, il fallut donc envisager la construction d’un nouveau bâtiment pouvant recevoir la mairie et l’école. Ce fut fait en 1871 par M. Aubin, maître maçon de Moissac.
Ce bâtiment comportait, en rez-de-chaussée : les écoles (garçons et filles) jusqu’en 1901; un bureau de poste ouvert en 1904; au premier étage, la mairie (jusqu’en 1973) et le deuxième étage était réservé au logement de l’instituteur.
L’école, ne comptant plus que 4 élèves, fut fermée en 1964, le bureau de poste fermera en 1989.

L’église

Cette église date probablement du XVIe siècle. Des travaux de rénovation à différentes époques ont permis de lui faire traverser le temps. Elle comportait initialement trois autels et une porte d’entrée en "tambour" supprimée par la suite. Il en fut de même que l’autel côté est.

La chapelle

Située sur un promontoire avec une magnifique vue sur la plaine (table d’orientation), cette chapelle dénommée Notre-Dame-de-la-Roque est typiquement d’époque cistercienne, probablement du XI/XIIe siècle. Des ruines de bâtiments en contrebas servaient à loger quelques gardes chargés de surveiller la région, côté du Levant, par où pouvait venir l’envahisseur. Un office religieux y est célébré chaque année le jour ou la veille de l’assomption (15 août).

Le pigeonnier

L'ancien pigeonnier seigneurial  (privé) a bénéficié lui aussi d'une remarquable restauration par les propriétaires actuels.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris